Site officiel actualisé
Accueil | A propos de l’Ambassade | Relations Bilatérales | Visa-Services Consulaires | Informations sur le Mali | Opportunités d’Investissements et d’Affaires | Nous contacter

Tourisme

Le Mali, terre d’accueil et d’hospitalité légendaire, possède un patrimoine culturel, naturel et historique très riche et varié. Parmi les attractions touristiques au Mali figurent 5 sites inscrits sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Le Mali est le second pays d’Afrique de l’Ouest disposant des sites du Patrimoine Mondial les plus attrayants. La haute saison touristique va d’octobre à mars, toutefois le Mali se visite en toute saison.

Les principales attractions touristiques au Mali sont entre autres :

  • LES 4 SITES CLASSÉS AU PATRIMOINE MONDIAL DE l’UNESCO:

TOMBOUCTOU, LA CITÉ DES 333 SAINTS :

Tombouctou a été comme Djenné une ancienne cité de savoir et de commerce entre le 10ème et le 13ème siècle, sous les empires du Mali et Songhai. Autrefois, elle a tenu le rang de capitale intellectuelle et centre de la propagation de l’Islam en Afrique de l’Ouest.

Sous l’Empereur Kankou Moussa, Tombouctou a atteint son apogée, à son retour de la Mecque en 1324. Il confia alors 40 000 mithquals (170 kg) d’or à l’architecte d’Andalou, Abu Ishaq Al Sahili Al Touwaïdjin, pour construire la Mosquée de Djingarey Ber.

Tombouctou a accueilli et nourri les grands intellectuels de l’Islam et de l’humanité des XVeme et XVIeme siècles, des écrivains, des érudits et des jurisconsultes de grandes notoriétés comme Ahmed Baba ou Mohamed Bagayoko. Tombouctou porte les empreintes de Kankou Moussa, de Soni Ali Ber, d’Askia Mohamed ainsi que celles de chroniqueurs comme Mahmud, ou Jean Léon l’Africain.

La Mosquée de Sankoré fut bâtie par une riche veuve.

La Mosquée Sidi Yéhia fut bâtie par un riche prince de l’époque, à l’Est de la ville.

Tombouctou a été classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1988 et est aujourd’hui l’une des destinations touristiques principales au Mali.

LES VILLES ANCIENNES DE DJENNÉ, LA SŒUR JUMELLE DE TOMBOUCTOU :

Djenné est située à 195 km au Sud de Mopti. Peuplée depuis 250 avant Jésus-Christ, elle a été un centre de commerce majeur à travers l’histoire. Djenné était et un maillon important du commerce de l’or dans la région du Sahara. La ville est connue pour sa mosquée datant du 13ème siècle, la plus grande structure en adobe du monde.

A Djenné, existent de nombreux sites archéologiques dont les plus célèbres sont Djenné Djeno, Kaniana et Tonomba, architecture de terre de type soudanais, de belles maisons à façades Toucouleur marocaines qui font l’originalité et la beauté de la ville.

Djenné est entrée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1988.

LES FALAISES DE BANDIAGARA, PAYS DOGON:

Au sommet de la pyramide des attractions du Pays Dogon se trouvent les derniers contreforts constitués par la falaise de Bandiagara. Le Pays Dogon offre un paysage de plateaux sableux et de falaises, dans lesquelles sont creusées des habitations, autels et sanctuaires.

La région est connue pour ses vieilles traditions qui comprennent les masques, les fêtes, les rituels et les cérémonies rendant hommage aux ancêtres. Le mythe, la cosmogonie, la pensée symbolique ont créé autour de ce haut lieu des divinités, un univers qui se tisse et se transmet de génération en génération grâce à la parole d’origine transcendantale.

Le Pays Dogon a été classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1989.

LE TOMBEAU DES ASKIA, LA CAPITALE DE L’EMPIRE SONGHOÏ :

Gao, dont l’apogée se situe au XVIème siècle, est un centre archéologique important avec ses nombreuses stèles funéraires de marbre remontant au XIIème siècle, les ruines du Palais de Kankou Moussa, le souverain de l’Empire Mandingue.

Le Tombeau des Askia est une structure pyramidale de 17 mètres de haut construite en 1495 par Askia Mohamed pour faire office de tombe à la dynastie des Rois Askia, qui ont régné sur l’Empire Songhoï.

En allant à Gao, à travers le Gourma parsemé de petites collines aux formes surprenantes se trouvent la main de Fatima, et un troupeau d’éléphants d’environ 300 têtes.

Le Tombeau des Askia a rejoint le Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 2004.

                    • LE PATRIMOINE IMMATERIEL DE L’HUMANITÉ (YAARAL ET DEGAL):

La traversée annuelle du Fleuve Niger par les troupeaux de retour de transhumance dans le Delta Central du Niger est entrée au Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité en 2005. Cette festivité peule remonte au XIVème siècle et a été règlementée par un code établi par l’Empereur Peul du Macina Sékou Amadou en 1821. Le Yaraal ouvre les festivités à Diafarabé. Les troupeaux se dirigent ensuite vers Dialloubé où le Dégal clôt les festivités.

En plus de ces sites déjà inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, il existe d’autres sites candidats à l’inscription à la Liste.

                    • FESTIVALS-FESTIVITÉS-ÉVÈNEMENTS :

Il y a de nombreux festivals et évènements qui varient selon les régions et les groupes ethniques, tout au long de l’année, notamment :

-Biennale artistique et culturelle, tous les deux ans.

-Festival International de Percussion de Bamako (FESTIP), tenu chaque année.
-Festival International de la Photographie de Bamako, chaque année.
-Festival des Masques Dogon.
-Festival sur le Fleuve Niger à Ségou, chaque année.
-Festival Essakane, festival du désert à Tombouctou, tenu chaque année.
-Festival du Fort de Médine à Kayes, tenu chaque année.
-Crépissage de la Grande Mosquée de Djenné, tenu chaque année. -Festival Tamadacht à Amderaboukane, dans la région de Gao.
-Réfection du toit de la case sacrée de Kangaba, chaque 7 ans.
-Marionnettes de Markala, festival des Masques de Markala, dans la région de Ségou, chaque année.
-Mariage de Banamba (mariage collectif traditionnel), tenu chaque année.
-Les cérémonies du Sigui, tenu au Pays Dogon, chaque 60 ans.
-Les cérémonies du Dama, tenu au Pays Dogon, chaque 12 ans.
-Raid en Jet Ski et en bateaux sur le fleuve Niger, Koulikoro-Ségou-Mopti-Tombouctou-Ansongo-Gao : Découverte du Mali profond, expérience unique pour des souvenirs hors du commun, de fin juin à début décembre.

Par ailleurs, le Mali est aussi une destination pour sa musique. Des artistes maliens de renommée internationale ont chanté la musique malienne à travers le monde : Salif Keïta, Feu Ali Farka Touré, Ami Koïta, Kandia Kouyaté, Kar Kar, Oumou Sangaré, Habib Koïté, Oumar Koïta, Nahawa Doumbia, Amadou et Mariam Bagayoko, Toumani Diabaté, Bassékou Kouyaté, Rokia Traoré, Babani Koné etc.

L’artisanat du Mali est très riche et varié (bogolan, tissages, masques, perles, bijouterie, poterie, vannerie, maroquinerie, sculptures de bois, peintures etc.).

POUR PLUS DE DÉTAILS VEUILLEZ CONSULTER LE SITE INTERNET DU MINISTÈRE DE LA CULTURE ET CELUI DU MINISTÈRE DE L’ARTISANAT ET DU TOURISME : //www.culture.gouv.ml//

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer